Qu’est-ce que l’agroécologie ?

30945326_10216159426524110_1846344500_o

L’agroécologie permet l’enrichissement du sol par l’intermédiaire de différentes techniques naturelles. Son approche réside dans l’idée de trouver un équilibre entre les plantes positives (ex: plantes comestibles) et négatives (ex: mauvaises herbes), afin que l’intervention humaines s’immisce le moins possible. Cette technique permet d’utiliser les services naturels des plantes et cela sans l’utilisation d’engrais chimiques ou de pesticides.

Le but est qu’il y a est toujours quelque chose à cultiver afin de ne pas laisser le sol nu. Dans le cas contraire, il y aura moins de richesse (minéraux, champignons, etc.) pour le sol et ses futurs plantations. Pour contribuer à l’enrichissement permanent des sols, des plantes sont choisies spécifiquement pour la fertilisation de celui-ci, ce qui évite également une consommation excessive de ses richesses.

En outre, la façon dont les plantes sont agencées sur une parcelle fait également partie des techniques liées à l’agroécologie. Par exemple, les plantes qui nécessitent le moins d’entretien seront les plus éloignées et inversement, ce qui permet de limiter les efforts physiques liés à l’entretien du jardin.

Comment le « jardin des Nomades » s’organise ?

Chaque plante possède son utilité propre quant à l’enrichissement du sol. Ainsi, les plants vont tourner d’une année sur l’autre.

Comme l’illustre la photo ci-dessous, vous pouvez voir que les plantations sont concentrées sur une petite surface et non sectorisée par catégorie. En effet, l’idée est de ne pas les dissocier, mais de les utiliser de façon complémentaire. Cela évite une perte des récoltes à cause des insectes, car le mélange de toutes ces plantes vont permettre de créer une sorte de diversion grâce aux odeurs, aux couleurs et aux différentes formes des plantations.

28942284_720455635008808_1643613169_o

Illustration:

Sur notre parcelle, nous avons adopté une technique agricole qui illustre largement la présentation ci-dessus. Elle se nomme la technique des  » trois sœurs ».

L’idée est de planter du maïs, des haricots et des courges sur une même parcelle, sans les sectoriser.

Ainsi, le maïs va servir de tuteur aux haricots, qui vont grimper le long de leur tige et les courges couvrent le sol grâce à leurs grandes feuilles ce qui évite le tassage de la terre lorsqu’il pleut et la pousse de mauvaises herbes.

 

Composte

Nous avons créée notre propre composte.

Celui-ci est divisé en trois parties. Cela va permettre de rentabiliser la production de composte. Lorsque la première partie sera remplie, nous commencerons à remplir la seconde, puis quand la seconde est saturée, il sera possible remplir la troisième fraction. Alors, la première section sera prête à l’emploi et ainsi de suite.

Le composte est composé de matières sèches (ex : carton composé principalement de bois sec, herbe sèche) et humide (ex : épluchures de légumes, herbes fraîches). L’idée est de trouver un équilibre entre ces deux matières. En effet, la matière sèche va apporter du carbone et celle humide de l’azote. Si le composte est trop humide, les éléments risquent de se décomposer. En ajoutant de la matière sèche, cela permet d’aérer le contenu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.